Demande de pétrole : signes de reprise.

Il est encore impossible de déterminer avec précision dans quelle mesure la demande de pétrole s'est effondrée à la suite de la crise de la corona. Toutefois, selon le dernier rapport mensuel de l'AIE, la demande en avril devrait avoir diminué de 25,2 millions de b/j en glissement annuel et en mai, elle sera encore inférieure de 21,5 millions de b/j au niveau de l'année précédente. En juin, il faudra 13,0 millions de b/j de moins qu'en juin 2019. La tendance est donc à la hausse et d'autres signes indiquent que la demande de pétrole augmente à nouveau.

Par exemple, l'un des plus grands négociants en pétrole, Trafigura, aurait acheté 15 cargaisons (600 000 barils) de pétrole brut de la mer du Nord entre le 13 et le 21 mai seulement, ce qui représente un total d'environ 9 millions de barils. Les raffineries des États-Unis consomment également de nouveau plus de pétrole brut. Via les pipelines de Cushing, le débit a augmenté de 400 000 b/j par rapport à début avril, selon les experts de Genscape.

Le démantèlement des installations de stockage flottantes est une autre indication d'une reprise de la demande de pétrole. En raison de la rareté des ressources terrestres, le pétrole et les produits pétroliers étaient de plus en plus souvent stockés sur des pétroliers - une option de stockage plutôt coûteuse. Les inventaires mondiaux ne sont pas enregistrés et communiqués de manière uniforme, de sorte qu'ils ne peuvent être qu'estimés. La projection de Vortexa suppose que les stocks flottants de pétrole brut, de diesel, d'essence et de kérosène sont tombés à 258 millions de barils le 21 mai - une baisse d'environ 7 % par rapport au niveau record de plus de 277 millions de barils atteint le 14 mai.

Si l'on ajoute à cela les importantes réductions de production du groupe OPEP+ (9,7 millions de barils par jour), les réductions volontaires supplémentaires de l'Arabie saoudite, du Koweït et des Émirats arabes unis, ainsi que les réductions d'autres producteurs, notamment dans les régions américaines d'huile de schiste, il semble maintenant que suffisamment de pétrole ait été retiré du marché pour mettre fin à l'offre excédentaire.

En particulier dans le secteur du kérosène, il faut s'attendre à ce qu'une longue période de sécheresse se poursuive. Selon l'analyste Giovanni Staunovo de l'UBS, les raffineries pourraient également être confrontées à d'autres problèmes. Les prix des carburants ne se sont pas redressés autant que les prix du pétrole brut. Les marges des raffineries sont ainsi réduites et pourraient réduire leur volonté d'acheter du pétrole. Le risque d'une deuxième vague d'infection par le coronavirus subsiste également. Il en résulterait de nouveaux blocages qui feraient probablement chuter très rapidement les prix à des niveaux très bas. Le marché le sait aussi, selon un avertissement de l'analyste Paola Rodriguez Masiu de Rystad Energy.

L'équilibre actuel reste donc fragile et se nourrit de l'optimisme des acteurs du marché. Cela dépend à son tour de rapports positifs sur l'évolution de la demande à la suite des réductions importantes de la production.

Source : Futures-Services Mineralöldienst

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.