Combustibles liquides renouvelables (bio-mazout)

L’attractivité des combustibles liquides renouvelables (bio-mazout) réside principalement dans leur potentiel de réduction du CO2 qui se situe entre 50 et 90 %.

La gamme de combustibles liquides renouvelables (bio-mazout) s’étend de graisses animales jusqu’aux combustibles synthétiques, en passant par de l’huile alimentaire usagée retraitée et par le biodiesel. Ils sont en partie déjà utilisés, testés ou font l’objet de recherches.

Graisses animales et autres bio-mazouts

Aujourd’hui déjà, les graisses animales, l’huile alimentaire usagée retraitée et les huiles végétales sont utilisées en tant que combustibles dans l’industrie et dans les habitations. Il s’agit en règle générale de déchets qui ne peuvent être utilisés ni comme produits alimentaires ni comme aliments pour animaux. Leur combustion nécessite une adaptation des installations conventionnelles. Dans le cas le plus simple, il s’agit d’utiliser un brûleur spécial qui est prévu pour la combustion de ces combustibles.

EMAG

Par ester méthylique d’acide gras (EMAG) on entend le biodiesel ou le bio-mazout obtenu grâce à la transestérification de graisses ou d’huile animales. La transestérification est une réaction chimique. Lors de celle-ci, l’alcool trivalent glycérine est remplacé par l’alcool monovalent méthanol.

L’EMAG est déjà utilisé en tant que bio-mazout dans différents pays d’Europe de l’Ouest, comme la Norvège, le Danemark et l’Allemagne. En cas d’utilisation dans ces pays, l’aptitude au stockage joue le plus souvent un rôle secondaire, ce qui fait que l’EMAG peut être utilisé sans problème.

Comme les acides et l’eau ont tendance à se séparer dans le cas de l’EMAG et que la phase aqueuse ainsi formée réagit avec l’oxygène lié dans l’EMAG, la croissance de micro-organismes est favorisée. Ce risque est moins important lorsque les durées de stockage sont courtes.

HVO

Les huiles végétales hydrogénées (HVO, en anglais Hydrogenated ou Hydrotreated Vegetable Oils) désignent des huiles végétales qui sont transformées en hydrocarbures suite à une réaction catalytique avec de l’hydrogène (hydrogénation). Comme les HVO ne présentent pas de composés insaturés, elles sont stables au stockage. Du fait de la bonne stabilité au stockage, les HVO figurent au premier plan en Suisse pour une utilisation sous forme de bio-mazout.

Combustibles synthétiques

Les combustibles synthétiques désignent la plupart du temps des combustibles produits artificiellement à partir de l’hydrogène. Idéalement, de l’hydrogène est produit à partir d’électricité excédentaire au moyen d’une électrolyse ; ensuite, cet hydrogène est combiné – dans la synthèse de Fischer-Tropsch – avec du carbone pour former des chaînes hydrocarbonées. Les combustibles ainsi obtenus sont très proches du mazout.
Un débat est en cours au sujet de premières installations de production pour ce genre de combustibles synthétiques.

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.
Informations supplémentaires Ok