Même la jeunesse ne pourra pas déstabiliser celui qui a un vécu de plus de 100 ans, comme cʼest le cas du moteur thermique.

Il a une décennie compliquée derrière lui, ce bon vieux moteur thermique. Alors quʼon le considérait pendant presque 90 ans comme le seul et unique facilitateur de la mobilité individuelle, il a été déclaré obsolète durant ces dernières années en raison de ses émissions. Maintenant, ce serait donc le moteur électrique le nouveau patron en ville. Quel est donc lʼavenir de ce travailleur infatigable sous les capots du monde entier? Une chose est sûre aujourdʼhui: il nʼa pas la partie facile dans les centres-villes chics. Cependant, lorsquʼil est question de trajets longs, de charges lourdes ou de travail intense, il devient incontournable.

Dans le transport longue distance par camion, en tout-terrain et dans les engins de chantier, seuls les moteurs thermiques fournissent lʼautonomie et les puissances nécessaires. Sur le plan purement technologique, il nʼy a tout simplement aucune alternative au moteur thermique classique dans de nombreux domaines.

Cependant, nous nʼavons pas le temps dʼattendre lʼapparition de nouvelles technologies sur le chemin des réductions dʼémissions. Nous devons réussir à réduire les émissions produites par le secteur des transports en nous basant sur la technologie disponible actuellement. Les émissions de flottes devant être respectées par tout importateur de véhicules constituent lʼinstrument de régulation à ce niveau. Pour la première fois, lʼUE a maintenant également fixé des objectifs de réduction pour les véhicules utilitaires.

Stratégies des constructeurs automobiles

Les constructeurs automobiles disposent encore de deux stratégies possibles pour atteindre ces objectifs. Ils peuvent électrifier un maximum de véhicules et de groupes motopropulseurs et les mettre sur le marché avec des soutiens des prix, afin dʼaugmenter les ventes. Ou alors, ils peuvent miser sur une croissance parallèle de la flotte électrique sur le marché et faire évoluer en même temps le moteur thermique par rapport à son rendement et à ses performances en matière dʼémissions. Toutefois, si lʼon considère le niveau de sévérité des objectifs de réduction, on sʼaperçoit rapidement que les constructeurs devront pour suivre les deux stratégies en parallèle pour atteindre leurs objectifs de flotte.

On devra nécessairement faire évoluer le moteur thermique. Et cʼest là que résident les perspectives dʼavenir pour le moteur thermique. Après tout, on peut tout à fait imaginer une citadine climatiquement neutre avec un moteur thermique. Le mot-clé à ce sujet: moteur à «zéro impact en matière dʼémissions».

Le moteur thermique doit donc être perfectionné de façon à ce que ses émissions nʼaient plus aucun impact négatif sur lʼenvironnement. Un véhicule qui présente dans les gaz dʼéchappement une concentration de NOx qui se situe dans la plage de la concentration normale de NOx dans lʼair nʼa plus aucun impact négatif avec ses émissions. Un moteur qui fonctionne avec un carburant synthétique est climatiquement neutre.

Différents axes de développement

Pour arriver à ce résultat, le développement sera concentré sur trois champs dʼaction dans les années à venir. En premier lieu, la propulsion dans sa globalité doit devenir plus efficace. Cela signifie quʼil faut considérer le moteur et le groupe motopropulseur de propulsion comme fonctionnant en réseau, et le rendement global de la propulsion doit être augmenté. En second lieu, il convient dʼintensifier la réduction de la pollution. Cela inclut les développements dans le processus de combustion tout comme lʼamélioration du post-traitement et de la purification des gaz dʼéchappement. Enfin, en troisième lieu, la propulsion doit être hybridée, afin de casser les pics de puissance et de pouvoir maintenir le moteur thermique dans la plage opérationnelle optimale.

Ce quʼon trouve à la fin de ce développement est appelé par le groupe de développement de moteurs AVL «moteur thermique 4.0» – un groupe motopropulseur entièrement flexible hybridé et fonctionnant en réseau.

Lʼavenir nous dira quel moteur sera le mieux adapté ou en mesure de sʼimposer par rapport aux différentes applications, aux différents besoins de la clientèle et aux différentes régions dans le monde: le moteur thermique 4.0 ou le moteur électrique. Dans lʼétat actuel des connaissances, il est tout simplement impossible de savoir quelle technologie trouvera sa place dans le monde de la mobilité et à quel endroit.

Un avenir neutre en termes dʼémissions est possible avec les deux technologies, et cʼest précisément pour cette raison que lʼon devrait laisser libre cours à cette concurrence. Le meilleur gagnera. Sur le chemin de la mobilité neutre en termes dʼémissions, on peut déjà affirmer une chose: la jeunesse revitalise. Les progrès réalisés au niveau des propulsions électriques ont sorti le développement des moteurs thermiques dʼun profond sommeil.

Le grand-père quʼest le moteur thermique bénéficie actuellement dʼun deuxième souffle, et il va vers un avenir dans lequel il existera encore longtemps.

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.
Informations supplémentaires Ok