Les prix du pétrole restent volatils et le coronavirus continue de peser sur l'industrie.

Certaines compagnies pétrolières du Texas ont demandé l'aide du gouvernement américain. Ils veulent protéger les producteurs d'huile de schiste du Texas contre une vague de faillites. Le chef de la "Railroad Commission" au Texas, Ryan Sutton, a eu une conversation téléphonique avec le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo, vendredi dernier. "Nous sommes tous d'accord sur le fait qu'un accord international doit être conclu pour assurer la stabilité économique pendant la reprise de Covid19", a déclaré M. Sutton. Il n'a pas précisé si l'industrie pétrolière du Texas fera partie d'un accord ou s'il visait à mettre un terme à la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie.

L'idée d'une réduction coordonnée de la production entre l'OPEP et le Texas n'est guère possible en raison de la loi antitrust. Si une réunion de l'OPEP+ devait avoir lieu, il faudrait retirer du marché beaucoup plus que les 3,6 millions de B/J qui ont été discutés lors de la réunion de mars. Il faudrait qu'il soit déjà plutôt autour des 6 millions de B/J. Selon les cercles de l'OPEP, la Russie devrait payer une contribution nettement plus élevée que les réductions cosmétiques précédentes.

En attendant, de plus en plus de raffineries ressentent la baisse des prix des carburants en Europe. La situation va d'abord devenir pire que meilleure avec les nombreuses mesures visant à contenir le coronavirus, car la vie publique s'arrête de plus en plus. Giovanni Serio, PDG du plus grand négociant de pétrole au monde, Vitol, estime que le trafic en Europe a diminué d'environ 40% suite aux mesures prises en Italie, en Espagne, en France et en Allemagne.

Les bourses du pétrole ont de nouveau été durement touchées par l'évolution de la situation mondiale la semaine dernière. Le prix du pétrole a chuté de 29% en une semaine seulement. Depuis le début de l'année, le Brent a perdu près de 60% et le WTI près de 64% en valeur. Goldman Sachs estime que les conséquences de la situation actuelle sont "fortement négatives" et qu'il existe des risques supplémentaires. La société de conseil KPMG reste également sceptique.

Les analystes sont encore extrêmement divisés sur l'ampleur des conséquences sur la demande de pétrole. Chez Goldman Sachs, ils estiment le déficit à 8 millions de B/J, tandis que chez Vitol, ils prévoient même 10 millions de B/J. Sans limiter la production, les analystes supposent que nous n'avons peut-être pas encore vu les prix les plus bas. "Le pétrole pourrait encore chuter très rapidement à 10-15 dollars", estime Stephen Innes d'AxiCorp, tandis que Joseph McMonigle de Hedgeye Potomac Research s'attend également à ce que les prix passent bientôt sous les 20 dollars.

Source : Futures-Services Mineralöldienst

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.