Roland Bilang: Pour développer des alternatives neutres en CO2 aux combustibles et aux carburants fossiles, on a besoin d'électricité renouvelable et sans CO2, et ceci à grande échelle. En outre, les ressources financières doivent être axées sur la recherche.

Enfin, il est nécessaire d'abandonner les objectifs linéaires de réduction.

Près de la moitié de l'énergie nécessaire en Suisse est fournie par des combustibles et carburants venant du fossile. Roland Bilang a attiré l'attention sur ce fait lors du webinaire organisé par le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa) le 17 juin 2020 sur le thème «Le système énergétique du futur». La voie vers une mobilité sans fossiles passe par les Drop-In Fuels, a expliqué le directeur d'Avenergy Suisse. Ainsi, l’on mélange aux carburants classiques des carburants neutres en CO2, tels que les biocarburants. Ceux-ci représentent actuellement environ 5 %.

L'avantage de cette approche est évident: «Nous disposons des infrastructures d'approvisionnement, de stockage et de distribution existantes, du parc de véhicules, de la technologie d'entraînement, des modèles commerciaux ainsi que de l'expérience et de l'acceptation générale du bien fait de tous ces paramètres», a déclaré Roland Bilang. Grâce à l'ajout de ces Drop-In-Fuels, 600 000 tonnes d'émissions de CO2 ont été évitées l'année dernière. «Cela représente le plus grand effort privé pour diminuer le CO2 en Suisse.» La branche est prête à augmenter encore la proportion de biocarburants afin d'économiser jusqu'à 1 million de tonnes de CO2 par an.

Outre les biocarburants, Roland Bilang considère que des alternatives telles que l'hydrogène et, plus tard, les carburants synthétiques (synfuels) contribuent de manière importante à éviter les émissions de CO2. Le développement dans le domaine de l'hydrogène est déjà très avancé. Comme défis, Roland Bilang a mentionné les aspects techniques (espace requis pour les stations-service avec du H2, pression/densification, logistique) mais aussi les exigences légales. Ce développement est mené par l'Association pro mobiltié H2-en Suisse. L'objectif est de construire simultanément l'infrastructure du ravitaillement en H2 et d’étendre le parc de véhicules H2 avec environ 1500 camions. En ce qui concerne les carbutants synthétiques (synfuels) M. Bilang est de l’avis que l'industrie voit le plus grand potentiel dans le secteur de l'aviation: «Techniquement, seuls les carburants synthétiques conviennent comme alternative au kérosène.»

Contrairement à ce qu'exige le monde politque, Roland Bilang ne voit pas d'introduction linéaire des carburants de synthèse. On a besoin d’encore plusieurs années de recherche et de développement. Une fois près, la pénétration du marché sera  très rapide». «Avec cette approche, la sécurité de l'approvisionnement est garantie. Contrairement à d’autres sources d'énergie, il n'y a pas de menace de problèmes de l'approvisionnement avec les carburants liquides», a déclaré Roland Bilang.

Le directeur d'Avenergy-Suisse voit un défi dans les prix actuellement bas du pétrole brut. «Les questions suivantes se posent: est-ce que la machine produisant le cash survivra-t-elle la crise économique et politique actuelle et celle à venir? La résilience est-elle garantie? La politique force-t-elle les entreprises rentables à payer plus d'impôts?» Si le litre de carburant devait être facturé avec 16 centimes supplémentaires cela représenterait un milliard de francs de rentrées en plus par an, a calculé Roland Bilang. Des questions importantes restent sans réponse: «La politique nous impose-t-elle des véhicules à batterie? Et si oui, qu'est-ce que cela signifie pour les ventes des carburants et donc pour le niveau des taxes et surtaxes? Et enfin et surtout: ...combien d'argent sera consacré au développement de nouveaux carburants?»

Le passage à des carburants et combustibles sans CO2 ne sera possible que si l'on dispose d'une quantité suffisante d'électricité renouvelable et, dans le meilleur des cas, sans CO2, a résumé Roland Bilang. En outre, les ressources financières limitées doivent être concentrées sur la recherche, «elles ne doivent pas se tarir ailleurs», a exigé le directeur d'Avenergy Suisse.

Vers la présentation (Vidéo)

Vers le site de l'Empa

25 06 2020

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.