Seuls 1,6 % des Allemands veulent acheter une voiture à batterie, et plus de 98 % comptent sur le diesel et l'essence.

Ce sont les résultats d'une enquête à laquelle 18'000 personnes ont participé. Les véhicules à batterie ne sont évidemment pas très populaires. Mais un remplacement systématique des voitures à batterie serait-il au moins bénéfique pour l'environnement ? Non, au contraire, dit Björn Lomborg, directeur du Copenhagen Consensus Center, dans la NZZ.

« Les voitures électriques sont actuellement des gadgets pour les gens riches qui veulent se sentir respectueux de l'environnement sans vraiment faire quoi que ce soit pour la planète ». Björn Lomborg, directeur du Copenhagen Consensus Center et professeur invité à la Copenhagen Business School, se réfère à une étude de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE). Cette étude montre qu'une voiture électrique d'une autonomie de 400 kilomètres, alimentée par de l'électricité provenant du mix moyen mondial, doit rouler 60 000 kilomètres pour compenser ses émissions de production plus élevées. Selon Björn Lomborg, la production de voitures électriques, en particulier les batteries, consomme plus d'énergie que la production d'un véhicule conventionnel. 

« Étonnamment, plus de voitures électriques entraînent souvent une plus grande pollution de l'air », écrit le professeur. À Shanghai, un million de voitures électriques supplémentaires « coûterait la vie à trois fois plus de personnes chaque année qu'un million de voitures à essence supplémentaires ».

> Neue Zürcher Zeitung : Stop au changement climatique - les voitures électriques sont une partie (fortement subventionnée) du problème, pas de la solution (barrière de paiement)

« Quelle ressource énergétique propulsera votre prochaine voiture ? » Environ 250 000 personnes ont été interrogées dans le cadre d'une enquête en ligne menée par l'Automobil Club Mobil en Allemagne, et environ 18 000 ont répondu à cette question. Malgré les subventions gouvernementales sous la forme d'une prime de 6 000 Euros, seulement 1,6 % des automobilistes veulent acheter un véhicule à batterie. 55,2 % ont voté pour le diesel, 43,2 % pour le moteur à essence. Michael Haberland, président de l'Automobil Club Mobil, remarque dans le magazine Auto & Wirtschaft que l'électromobilité à tout à fait sa raison d’être. Mais jusqu'à présent, il ne s'agit que d'un produit de niche et ne convient pas à la grande masse. « Même si le gouvernement voudrait que ce soit différent. Nous devons continuer à rester ouvert à toute forme de nouvelle technologie, donner à chaque forme de propulsion sa légitimité, mais laisser en fin de compte la décision aux consommateurs et aux conducteurs eux-mêmes ».

Dans le communiqué de presse de l'Automobil Club, Michael Haberland trouve des mots encore plus forts en ce qui concerne les bonus pour les véhicules à batterie :"Combien un produit invendable doit-il devenir moins cher pour trouver un client potentiel ?

> Magazine Auto & Wirtschaft : Un enthousiasme ininterrompu pour le diesel en Allemagne

> Automobilclub Mobil, Communiqué de presse : Plus de 18 000 automobilistes, dont la majorité votent pour le moteur à combustion comme moteur de la prochaine voiture

07 07 2020

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.