Selon les experts, la forte baisse des stocks d’essence américains et le faible niveau des stocks à Cushing laissent penser que l’OPEP pourrait envisager d’augmenter l’assouplissement prévu des quotas.

Cependant, les commentaires de l’Irak, qui ne voit pas encore la nécessité d’une réaction, plaident contre cela. Entre autres, les inquiétudes croissantes concernant la pandémie, après que les chiffres de l’infection en Asie mais aussi en Europe augmentent à nouveau, ainsi que le déclin saisonnier de la demande de pétrole typique du premier trimestre, pourraient inciter l’OPEP+ à attendre.

Un analyste, cependant, considère la libération des réserves de carburant chinoises comme un facteur de déclin du marché, bien qu’il considère également la réunion de l’OPEP+ comme un facteur à part. Le marché reste indéniablement sous-approvisionné. Le panel OPEP+ prévoit une sous-offre moyenne de l’ordre de –1,1 million de b/j pour le trimestre en cours. Goldman Sachs estime même que l’offre insuffisante pour le mois d’octobre est de –2,5 millions de b/j, ce qui explique le maintien de la prévision de prix de 90 dollars.

Source: Futures-Services Mineralöldienst

01.11.2021

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.