En Suisse, les émissions de CO2 sont en baisse depuis des années. Il y a plusieurs causes à cela.

Les valeurs les plus récentes relatives aux combustibles montrent une diminution de 2,2% en 2018 par rapport à l’année précédente. Depuis 1990, les émissions de CO2 dues aux combustibles ont reculé de 28,1%. Si l’on regarde plus en détail, on constate que les rejets de CO2 dus au mazout ont chuté de 49,1% par rapport à 1990, tandis que les émissions de CO2 dues au gaz ont grimpé de 71,9% durant la même période.

Différents facteurs expliquent cette réduction des émissions de CO2 dues à la combustion du mazout.

1 Recul des ventes

On mentionnera tout d’abord le recul des ventes de mazout. On est passé ainsi de 5,957 millions de tonnes en 1990 à 2,35 millions de tonnes en 2018, soit une baisse de 60,5%. Ce recul est d’autant plus impressionnant que le nombre de bâtiments chauffés au mazout n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2010, selon l’Office fédéral de la statistique. Mais comment expliquer ce recul des ventes? Et quels sont les éléments déterminants dans ce marché?

2 Des chauffages au mazout plus efficients

Les premières chaudières à mazout à condensation sont arrivées sur le marché en 1990. Ces systèmes de chauffage utilisent, en plus de la chaleur de combustion proprement dite, l’énergie contenue dans la vapeur d’eau. Les fumés sont refroidies dans un condenseur et par conequent reliquifiées. L’efficience des chauffages au mazout a pu dès lors être encore améliorée. Comparés aux chaudières à haute température, les installations actuelles permettent d’économiser jusqu’à 30% de mazout.

3 Différentes combinaisons possibles

Un chauffage au mazout peut être combiné avec de nombreux systèmes d'énergies renouvelables, par exemple l’installation solaire pour la production d’eau chaude sanitaire ou un chauffeeau pompe à chaleur. Ces combinaisons permettent de réduire la consommation de mazout d’environ 10%. Le chauffage au mazout peut également être couplé avec un chauffage à bois ou avec une pompe à chaleur. Le plus souvent, lorsque l’on se décide pour une solution hybride, on combine le chauffage au mazout avec une pompe à chaleur aireau. Dans ce cas, la quantité de mazout économisée dépend de l’efficacité de la pompe à chaleur. La consommation de mazout peut facilement être réduite de 50%. Le bénéfice de cette combinaison n’est pas à négliger.

4 Isolation du bâtiment

Mis à part du remplacement d’une ancienne installation par un nouveau chauffage au mazout à condensation, une bonne isolation du bâtiment a la plus grande influance sur la diminuation de la consommation de combustible. Dans le cas d’une rénovation complète de la maison, l’économie d’énergie peut atteindre 50%. Les travaux englobent l’isolation de la façade et de la toiture ainsi que le remplacement des fenêtres. Reste que ces investissements ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

5 Recours à d’autres sources d’énergie

Le nombre de bâtiments chauffés au mazout a commencé à diminuer à partir de 2010. Depuis le changement sur d’autres agens énergetiques c’est accentués. La diminution était peu perceptible et elle c’est renforcée avec MoPEC 2014.

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.