Tension sur les prix – Covid19 et spéculation sur la rupture du groupe OPEP.

L'Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats arabes unis doivent discuter d'une réduction commune de la production de 0,3 Mio. B/j, selon les informateurs. Cela constituerait une rupture avec la communauté OPEP+, qui ne se réunira probablement pas avant les 5 et 6 mars à Vienne et décidera d'éventuelles réductions de la production.

«Si l'alliance devait se scinder, la réaction initiale serait une baisse des prix du pétrole, mais celle-ci pourrait être compensée par une réduction substantielle de la part de l'OPEP. Je doute que l'OPEP soit sur le point de se scinder, mais l'alliance entre les producteurs de l'OPEP et ceux qui n'en font pas partie est fragile», a déclaré l'analyste James Williams de WTRG Economics.

Les désaccords au sein du groupe sont apparus après que le comité technique du groupe, le comité technique conjoint (CTC), ait recommandé une réduction de 0,6 million de B/j d'ici la fin du deuxième trimestre et une prolongation des réductions existantes jusqu'à la fin de l'année. La Russie a jusqu'à présent refusé de le faire et a souhaité disposer de plus de temps pour évaluer l'impact de l'épidémie de Covid19.

En Chine, l'épidémie de Covid19 semble avoir été maîtrisée, le nombre de nouvelles infections continuant à diminuer. En dehors de la Chine, la Corée du Sud, l'Italie et le Japon sont de nouveaux points chauds. Dans le nord de l'Italie, des communautés entières ont été isolées et mises en quarantaine, alors que l'origine de l'épidémie n'a toujours pas été identifiée. Le pays compte désormais 157 personnes infectées et a dépassé le Japon avec 146 personnes infectées. En Corée du Sud, le nombre de nouvelles infections est également en forte hausse, avec 763 cas signalés. Et en Iran aussi, on compte déjà 43 infections confirmées et 8 décès.

La semaine dernière, on s'attendait à ce que le coronavirus affecte principalement l'économie chinoise. On craint maintenant que l'économie d'autres pays soit également gravement touchée. Le coronavirus reste le point de mire des acteurs du marché. «Les investisseurs remettent maintenant en question l'hypothèse de la croissance économique et cela pèse bien sûr sur les marchés du pétrole», déclare l'analyste Michael McCarthy de CMC Markets à Sydney.

Source: Futures-Services Mineralöldienst

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.