Cette semaine, le Conseil national débate sur la loi sur le CO2. Le projet de loi est très controversé.

Avenergy Suisse n'est pas la seule à critiquer les mesures de la nouvelle loi sur le CO2 (voir l'article «La loi sur le CO2 exige des corrections décisives»). De plus en plus de voix s’élèvent également dans la science et la politique.

«Une loi sur le CO2 plus stricte : une promesse boiteuse des amis du climat». C'est le titre d'un commentaire d'Andreas Valda dans le Handelszeitung du 7.6.2020. Sur la base d'une étude réalisée par les partisans d'une augmentation des taxes climatiques (Swisscleantech), le rédacteur montre que les taxes climatiques prévues n'apporteront guère de changements. «Mais ils augmenteront la bureaucratie et mettront encore plus d'argent dans les caisses de l'État.»

Dans son analyse astucieuse, Andreas Valda constate que le Conseil fédéral et les partisans de la nouvelle loi sur le CO2 dissimulent délibérément la baisse des émissions par habitant en Suisse depuis trente ans. «En 1990, chaque habitant / chaque habitante en Suisse a émis en moyenne 8 tonnes de CO2 par an. En 2016, le chiffre était de 5,8 tonnes», note l'auteur. «Les émissions ont donc diminué de 38 %. La réduction a été réalisée en grande partie sans contraintes légales.»

La taxe d'incitation introduite en 2010 n'a pas – accéléré la tendance. «Non, la réduction s'est produite parce que les gens et les entreprises ont volontairement investi dans un chauffage, des voitures et des avions plus efficaces.» La Suisse est donc en bonne position. Les grands émetteurs de CO2 sont les États-Unis, la Chine, l'Inde et les pays en développement. Ils doivent résoudre le problème. «Dans notre pays, une nouvelle loi sur le CO2 est superflue.»

Sous le titre «Sortir de l'impasse», Reiner Eichenberger (professeur en théorie politique financière et économique à l'université de Fribourg) et David Stadelmann (professeur d'économie à l'université de Bayreuth) avaient déjà mis en garde en avril : «La politique climatique internationale était déjà très coûteuse et inefficace avant le Covid-19. Après le Covid-19, le gaspillage est d'autant plus important que dans encore plus de pays, les ressources nécessaires à une politique aussi inefficace font tout simplement défaut», ont fait remarquer les célèbres professeurs d'économie.

Ils font campagne pour une «taxe optimale sur le CO2». Selon le prix Nobel William Nordhaus et un groupe de plus de 3500 économistes américains incluant 27 prix Nobel ainsi que le Fonds monétaire international, cela devrait s'élever à environ 40 francs par tonne de CO2 «et augmenter progressivement et modérément», écrivent Reiner Eichenberger et David Stadelmann. À titre de comparaison, le prix de la tonne de CO2 en Suisse est déjà de 96 francs, et la nouvelle loi sur le CO2 prévoit une augmentation à 210 francs.

La révision actuelle de la loi sur le CO2 ne tient pas compte de l'actualité, a constaté le conseiller national et président de l'UDC Albert Rösti dans un entretien avec le portail des investisseurs Moneycab. Le président de Swissoil affirme que les prélèvements incitatifs ont un sens si l'économie ne peut pas éviter sa production. «Si la Suisse impose une charge plus importante à l'économie que d'autres pays, une partie de la production sera transférée à l'étranger avec des normes environnementales moins strictes, ce qui finalement aura un effet contre-productif sur l'objectif de réduction des émissions de CO2.»

09 06 2020

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.