Covid-19 : le potentiel de hausse sur les bourses du pétrole reste limité. Les analystes s'attendent à ce que le mois de juillet soit « difficile ».

L'AIE a révisé à la hausse ses prévisions de demande. La demande s'est rétablie plus rapidement après le confinement que les experts ne l'avaient prévu, ce qui s'explique par l'assouplissement précoce et important des mesures visant à contenir le virus.

Après l'augmentation significative de la demande, cette tendance devrait maintenant se ralentir quelque peu. L'effet positif sur la demande a été le plus important avec les premiers pas de la sortie de blocage et il est maintenant en déclin. Néanmoins, le groupe OPEP+ prévoit apparemment de mettre en œuvre le mécanisme prévu pour augmenter la production de pétrole. D'ici le mois d'août, la production de pétrole du groupe pourrait augmenter de 2 millions de b/j. Cependant, certains pays comme l'Angola, l'Irak et le Nigeria ne pourront qu'augmenter légèrement leur production, car ces pays n'avaient pas respecté les réductions de production auparavant. Ils doivent maintenant compenser par une réduction plus importante.

Les projets de la Libye d'augmenter à nouveau ses exportations de pétrole ont été écartés. Un pétrolier a été chargé de 730’000 barils de pétrole brut au terminal d'Es Sider vendredi. Mais les troupes qui entourent le général Khalifa Haftar ont interdit toute nouvelle exportation et bloqué les installations pétrolières libyennes.

Mais Covid-19 reste au centre de l'attention. Les chiffres de l'infection sont restés élevés pendant le week-end. Surtout, les États-Unis restent au centre de l'attention. Là, il n'est guère possible de contrôler la propagation. Certains États suspendent leurs mesures de détente. En Australie, un lockdown complet a été imposé à Melbourne, la deuxième plus grande ville du pays. Cet exemple montre à quel point les mesures peuvent être drastiques si les pays ne parviennent pas à maîtriser le Covid-19.

L'analyste Robbie Fraser de Schneider Electric estime que le nombre croissant de cas de Covid-19 aux États-Unis et dans d'autres régions pourrait compromettre la reprise de la demande. Juillet pourrait être un mois difficile pour le pétrole car la flambée des infections à corona dans le monde entier remet le marché du côté du risque de la demande, selon Stephen Innes d'AxiCorp : « L'assouplissement prévu des réductions de production de l'OPEP+ le mois prochain [...] et une éventuelle reprise de la production pétrolière américaine pourraient accroître les pressions du côté de l'offre », a déclaré M. Innes.

Selon cette impression, le potentiel de hausse des échanges pétroliers devrait rester limité, même si le redémarrage de la production et des exportations de pétrole de la Libye a échoué.

Source : Futures-Services Mineralöldienst

13 07 2020, le prochain aperçu hebdomadaire sera publié le 3 août

Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.